Seg. Dez 16th, 2019

Jornalismo cidadão |

Em defesa de Ésquilo

5 min read

Ariane Mnouchkine é primeira-signatária de uma Declaração anti-censura e anti-inquisição que outros e outras protagonistas do teatro (Théâtre du Soleil) subscrevem afirmando, não se pode ceder à intimidação: essa é nossa responsabilidade comum hoje. O menor sintoma de servidão voluntária não seria perdoado e seria fatal para os artistas e, portanto, para os cidadãos que servem.

Os factos são conhecidos. No dia 25 de março, na Sorbonne, ativistas que se apresentam como sendo anti-racistas (ativistas da Liga de Defesa da África Negra, da Brigada Anti-Negrofobia e do Conselho Representativo de Associações Negras), bloquearam o acesso à representação de Suppliantes levadas à cena no quadro do festival Les Dionysies pelo helenista e dramaturgo Philippe Brunet (continua em francês…)

Pour Eschyle.

Les faits sont connus. Le 25 mars dernier à la Sorbonne, des activistes se réclamant de l’antiracisme (militants de la Ligue de défense noire africaine, de la Brigade anti-négrophobie et du Conseil représentatif des associations noires), ont bloqué l’accès à la représentation des Suppliantesmise en scène dans le cadre du festival Les Dionysiespar l’helléniste et homme de théâtre Philippe Brunet. Cette grave agression est survenue après que le metteur en scène eutété « interpellé » sur les réseaux sociauxexplique sur Russia TodayLouis-Georges Tin, Président honoraire du CRAN, qui employant un vocabulaire digne d’un tribunal ecclésiastique médiéval assène : « Je ne mets pas en doute ses intentions, mais nous disons : l’erreur est humaine, la persévérance est diabolique. » Au motif que les actrices qui interprètent les Danaïdes formant le chœur, des Égyptiennes dans la pièce, ont le visage grimé en sombre et portent des masques cuivrés, cela étant assimilé à la pratique du « blackface », il accuse Philippe Brunet de « propagande afrophobe, colonialiste et raciste ».  Il ajoute, dans son réquisitoire qu’« il n’y a pas un bon et mauvais “blackface”, de même qu’il n’y a pas un bon et un mauvais racisme En revanche, il y a un “blackface” conscient et un “blackface” inconscient. » L’UNEF n’est pas en reste, qui exige des excuses de l’université, en termes inquisitoriaux : “Dans un contexte de racisme omniprésent à l’échelle nationale dans notre pays, nos campus universitaires restent malheureusement perméables au reste de la société, perpétrant des schémas racistes en leur sein. » Le 28 mars, après les réactions fermes de La Sorbonne, des Ministères de l’Enseignement Supérieur et de la Culture ainsi que d’une partie de la presse, dénonçant une atteinte inacceptable à la liberté de création, les mêmes étudiants commissaires politiques ont sécrété un interminable communiqué en forme de fatwa, exigeant réparation des « injures », entre autres sous forme d’un « colloque sur la question du “blackface” en France » : un programme de rééducation en somme, déjà réclamé par Louis-Georges Tin.

Aujourd’hui Les Suppliantes, Exhibit Bil y a quelques années, mais aussi, souvenons-nous, Romeo Castelluci accusé de blasphème par des activistes catholiques intégristes pour sa pièce Sur le concept de visage du fils de Dieu. La logique de censure intégriste et identitaire est la même, comme le montre le registre de vocabulaire employé par ces Juges autoproclamés du Bien et du Mal. À quand les autodafés ? Brûler Othello –pour le « blackface » d’Othello. Rappelons-nous que l’Église jadis excommuniait les comédiens.

« Le théâtre est le lieu de la métamorphose, pas le refuge des identités. »Philippe Brunet en une phrase exprime l’enjeu de cet art – de tout art : pouvoir se sentir être autre que « soi-même » –à travers des personnages, des histoires, et rejoindre ainsi toute l’humanité. « L’acteur, sur une scène, joue à être un autre, devant une réunion de gens qui jouent à le prendre pour un autre. » Auteurs, metteurs en scène, acteurs, nous sommes des passeurs hospitaliers. C’est cela notre tâche, aujourd’hui comme hier. Entre hier et aujourd’hui ; entre ici et ailleurs. Et c’est un travail, exigeant, patient, engagé. Tel Protée, « capable(s) de prendre toutes les formes, de mimer à son gré, par la vivacité de ses mouvements, la fluidité de l’eau ou l’ardeur de la flamme, la férocité du lion, l’agressivité de la panthère ou les mouvements d’un arbre – et bien d’autres choses encore » (Lucien de Samosate), il nous faut œuvrer à transmettreà tous et à faire partager cette troublante expérience de transformation/création. Une expérience, et une épreuve, à travers laquelle chacun d’entre nous, artistes comme spectateurs/lecteurs, peut apprendre ce que signifie que « rien de ce qui est humain ne lui [m’]est étranger ». Aux antipodes du catéchisme de la société prétendument « inclusive », qui en réalité fixe et cloître chacun dans une « identité » d’appartenance et dicte aux uns et aux autres la place qu’ils ne doivent pas quitter. 

Ne pas céder face à ces intimidations : telle est notre commune responsabilité aujourd’hui. Le moindre symptôme de servitude volontaire ne pardonnerait pas et serait fatal pour les artistes, donc pour les citoyens qu’ils servent. 

Paris, le 31 mars 2019

Premiers signataires

Ariane Mnouchkine, metteure en scène

Maguy Marin, chorégraphe

Sabine Prokhoris, philosophe et psychanalyste

Catherine Kintzler, philosophe

Cy Jung, écrivaine

Thierry Thieû Niang, chorégraphe

Florence Cestac, auteure

Liliane Kandel, sociologue

Laurent Olivier, archéologue

François Rastier, linguiste

Elisabeth de Fontenay, philosophe

Elisabeth Badinter, philosophe

Didier Deschamps, chorégraphe

Foto do site – rede social Filmow

Ariane Mnouchkine

Ariane Mnouchkine (Boulogne-sur-Seine, 3 de março de 1939) é diretora de teatro e cinema francesa, de renome mundial, fundadora do Théâtre du Soleil em Paris (1964), coletivo teatral que se instala na Cartoucherie de Vincennes em 1970. Uma diretora ligada principalmente ao teatro de vanguarda, sua vitoriosa trajetória representa um marco na entrada da mulher num mercado de trabalho majoritariamente masculino.

Sua produções no Théâtre du Soleil são frequentemente encenadas em espaços diferentes como ginásios, celeiros, porque Mnouchkine não gosta de estar confinada a palcos tradicionais ou ao palco italiano. Geralmente seus atores vestem o figurino ou colocam sua maquiagem em frente aos olhos do público. Seu trabalho de produção teatral tem como metodologia o processo colaborativo, que procura construir o espetáculo como resultado da interferência de todos os membros da companhia. Para ela o diretor teatral já alcançou um grande poder na cena e o objetivo de sua companhia é alcançar um outro patamar, criando uma forma de teatro onde será possível a todos colaborarem sem serem diretores, técnicos, etc.. Ela incorpora múltiplos estilos de teatro em seu trabalho, desde a commedia dell’arte a rituais asiáticos.
Seu filme 1789 deu a ela projeção internacional, sobre a encenação teatral, tem como tema a Revolução Francesa. Em 1978 ela escreveu e dirigiu Molière, uma biografia de o famoso dramaturgo francês pelo qual ela recebeu uma indicação ao Oscar. Ela também colaborou com Hélène Cixous em duas filmagens feitas para televisão La Nuit miraculeuse e Tambours sur la digue, em 1989 e 2003 respectivamente. Ela também participou de L’Homme de Rio (O homem do Rio), em 1964.

Pais: Alexandre Mnouchkine, Jane Hannen
Irmã: Joelle Mnouchkine

Please follow and like us:
error

Deixe uma resposta

O seu endereço de email não será publicado. Campos obrigatórios marcados com *

Copyright © All rights reserved. | Newsphere by AF themes.