A PRAÇA

A Praça dá voz a redes, a organizações e a pessoas com ideias e iniciativa.  Valoriza as parcerias e os projectos que visam um desenvolvimento mais sustentável e mais solidário. Para além de site de notícias surge também como  portal de acesso a inúmeras redes, europeias, nacionais e locais.

Informação . ideias . Iniciativas jornalismo cidadão . redes e comunidades de prática. repórteres sociais . opinião

REDE KELVOA

  • KELVOA – L’origine de la création

La création de KELVOA, association réunissant des professionnels de l’accompagnement de multiples origines, vise à compenser un manque significatif dans l’évolution des métiers.

Les multiples appartenances institutionnelles et la crise actuelle rendent assez difficiles les travaux réellement collaboratifs et vraiment centrés sur les problématiques des personnes que nous avons la charge d’aider et d’accompagner. Or, les professionnels sont organisés plutôt autour de leur structure d’appartenance ou des prestations qu’ils conduisent et très peu au regard du métier qu’ils exercent.

Par ailleurs, toutes les expériences menées dans différents projets européens montrent la richesse des collaborations et des contributions si elles peuvent être partagées, reconnues, modélisées.

C’est autour de cette idée de partage et de coopération que s’est construit cette association et aujourd’hui toutes les conditions sont réunies pour faciliter nos échanges et nos réflexions, dans une logique de respect de chacun et de valorisation d’une éthique de nos métiers. Le manifeste ici proposé s’inscrit comme le premier pas de cette chaîne à construire.

Les professionnels de l’accompagnement se trouvent confrontées à plusieurs paradoxes :

  • Une demande de réassurance et de garantie dans une société de plus en plus incertaine
  • Un environnement où le culte de la réussite individuelle peut prendre le pas sur les solidarités et accroître certaines vulnérabilités
  • Une injonction au citoyen sur la responsabilité de se construire lui-même et de faire les choix qui lui conviennent dans un système de prestations où il est soumis à de multiples pressions pour s’adapter au réel. Cela relève parfois plus de l’injonction paradoxale ou de la soumission librement consentie que de l’émancipation éclairée.
  • Une recherche de résultats à court terme alors que les processus d’évolution sont complexes, chaotiques, multiformes.
  • Le risque est bien de renforcer le sentiment d’impuissance de chacun et d’assombrir un peu plus les perspectives.

Pourtant, en période de crise multiple, l’accompagnement ne peut se contenter d’une attitude simplement soutenante ou compassionnelle. Il peut également faciliter la mobilisation du pouvoir d’agir de chacun, quelles que soient les contraintes.

Cela nous amène à oser une parole, car vivre, c’est ne pas se résigner. Cette parole et ces affirmations ne sont ni fermées ni dogmatiques. Nous souhaitons mettre en débat nos choix, faciliter la controverse afin que nos positions s’enrichissent, évoluent, vivent.

Mais il nous semble aussi que le moment est opportun pour réagir aux consensus mous et aux litanies bien pensantes sur l’accompagnement pour poser des exigences de professionnalisme voire de règles de l’art.

Car l’accompagnement n’existe que parce qu’il y a une possible vulnérabilité ou difficulté momentanée à faire seul pour chacun d’entre nous.

Et que l’accompagnement n’a de sens que par ce qu’il permet à cette autre personne que nous pouvons être tous à un moment ou un autre de notre vie.